Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Juillet 2022 : un des plus chauds de l’histoire

mercredi, 10 août 2022 à 14:00 - Alors que le Québec a observé des températures près des normales saisonnières en juillet, le reste du monde surchauffe.


Faits saillants :

  • Juillet 2022 se classe parmi les quatre plus chauds de l'histoire;
  • La chaleur s'est concentrée en Europe, en Asie, en Antarctique et en Amérique du Sud;
  • Un épisode La Niña modéré se maintient dans le Pacifique;
  • L'année 2022 devrait se classer parmi les cinq plus chaudes de l'histoire.

Le troisième plus chaud

Selon l’agence Copernicus, juillet 2022 se classe parmi les plus chauds de l’histoire. La température moyenne observée durant cette période est de 0,4 °C au-dessus de la normale de 1991 à 2020. Les vagues de chaleur prolongées en Europe de l’Ouest ont donné le ton aux anomalies en juillet.

Anomalie Temp Juill 2022

Anomalies positives

Dans l’hémisphère Nord, la température de surface a été au-dessus des normales presque partout. D’importantes anomalies positives ont été observées dans les régions nordiques de l’Amérique du Nord et dans une grande partie de l’Asie. Dans l’hémisphère Sud, les régions centrales de l’Amérique du Sud et le sud de l’Afrique ont suivi la tendance avec des températures anormalement chaudes.

Le Québec à part

Le Québec se distingue du reste du monde en juillet, puisque le mercure s'est maintenu près des normales saisonnières. De fait, la Belle Province a été protégée de la grande chaleur. La zone anticyclonique est demeurée dans le centre ouest des États-Unis. C'est tout de même une bonne nouvelle : les températures ont été plus agréables et les précipitations sous la normale.

Source : Copernicus

Avec la collaboration de Patrick Duplessis, météorologue.


À VOIR ÉGALEMENT : La lente marche vers l'automne commence

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité