Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Frênes en détresse : l’agrile poursuit ses ravages

jeudi, 30 mai 2019 à 05:05 - Présente en Amérique du Nord depuis 2002, l’agrile du frêne poursuit sa progression au Québec. Le coléoptère asiatique peut tuer un arbre en deux ou trois ans.

« Juste ici à Montréal, on a découvert sa présence en 2011, mais déjà en 2008, on a retrouvé l'agrile à Carignan et Chambly entre autres. Maintenant, il est partout et c’est l’hécatombe. Partout, on voit des frênes morts », indique Anthony Daniel, conseiller en planification pour la Ville de Montréal.

Pour lutter contre ce fléau, la Ville de Montréal offre désormais gratuitement aux citoyens un traitement préventif de leur frêne.

« On va injecter un pesticide très peu toxique pour l’environnement, la santé humaine et les mammifères. C’est pour ça que la Ville se permet d’injecter beaucoup d’arbres », ajoute M. Daniel.

Le produit s’insère dans la sève des arbres et se rend jusqu’aux feuilles pour tuer les larves d’agrile.

Sur l’île de Montréal, ce sont plus de 65 000 frênes qui sont traités deux fois par année sur les terrains publics et privés.

Selon la Ville, dans son ensemble, la forêt urbaine contribue à réduire les coûts en santé de plus de 30 millions de dollars par année.

« Les arbres offrent plein de services écosystémiques. La fraîcheur de l’air, la qualité de l’air, ils captent les poussières qui pourraient rendre les gens malades. Juste en termes de santé humaine, chaque année, en morts évitées et en coûts de santé, on parle de 32 millions de dollars évités », souligne M. Daniel.

Les Montréalais ont jusqu’au 31 juillet pour soumettre une demande de traitement pour leur frêne. Toutes les demandes devraient être traitées d’ici la fin de l’été.

AUSSI: 5 DES PIRES PLANTES ENVAHISSANTES AU QUÉBEC :

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité