Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Ensevelie par le vent : quand les bourrasques se déchaînent

vendredi, 19 novembre 2021 à 12:07 - Du 17 au 21 novembre 2014, la ville de Buffalo croule sous presque deux mètres de neige, dont 165 cm tombés en seulement 48 h. Fait étonnant, aucun système dépressionnaire n’a touché la région à cette date. C’est le vent d’automne qui est le grand responsable de cette tempête qui a forcé la fermeture de la principale autoroute pendant 5 jours.

Chaque année, l’hiver commence en lion

Même si cet épisode cauchemardesque de bourrasques de neige est bien ancré dans la mémoire des Buffaloniens, il n’est pas rare d’avoir ce type de tempête au bord des Grands Lacs à l’automne. En effet, c’est à l’automne que leur température est la plus élevée, puisqu’ils ont accumulé l’énergie du soleil pendant tout l’été. C’est donc à cette période de transition saisonnière que l’arrivée d’air froid sur les Grands Lacs forme des bourrasques qui peuvent déverser d’énormes quantités de neige.

L’air froid arrivant du nord se réchauffe lorsqu’il glisse sur la surface plus chaude du lac. Les molécules qui le composent vont alors se distancer les unes des autres. Ceci permet à l’air d’avoir plus de place pour emmagasiner de la vapeur d’eau. Étant au-dessus d’un plan d’eau, la disponibilité en humidité est élevée. En poursuivant sa course vers la rive opposée, l’air se gorge de vapeur d’eau. Plus la distance parcourue au-dessus de l’eau est grande, plus la quantité d’eau que l’air transporte sera importante. Mais de l’autre côté du lac, l'air est beaucoup plus froid au-dessus de la terre ferme. Les molécules de l’air plus chaud vont alors se contracter en se refroidissant. En se contractant, l’air expulse le surplus d’humidité qu’il transportait et il se met alors à neiger.

Tout repose sur Éole

Ce type de bourrasque de neige est un phénomène très localisé, selon la direction des vents. En effet, puisqu’il est dû aux vents, il suffit que la direction de ceux-ci change d’un degré pour que la tempête sévisse ailleurs. Dans le cas du blizzard de 2014 à Buffalo, les vents n’ont pas changé de direction pendant quatre jours. Pourtant, à seulement 30 km de là, Niagara Falls ne recevra que 19 cm pour la même période. Puisque ce phénomène se produit directement aux abords d’un plan d’eau, il ne neige pas quelques kilomètres à l’intérieur des terres, car la masse d’air s’est vidée de son contenu dès qu’elle a rencontré l’air plus froid de l’autre côté du lac.

Dès que la surface des Grands Lacs gèle, l’apport en humidité est coupé et le phénomène ne peut plus se produire. C’est pour cette raison que certains secteurs aux abords des Grands Lacs peuvent voir chaque année leur hiver commencer en lion. Mais ceux qui subiront ces bourrasques ne sont pas les mêmes chaque année, car il est directement lié à la direction des vents, qui n’est pas toujours la même. De plus, il est moins fréquent aux abords du lac Érié, car celui-ci est peu profond et gèle plus tôt en saison.

D’autres régions des Grands Lacs sont très propices à ce genre de bourrasques. La région de Tug Hill, à l’est du lac Ontario, reçoit en moyenne chaque année plus de 600 cm de neige. Le nord de la péninsule du Michigan est également bien positionné pour connaître ce type de bourrasque. Chaque hiver, les résidents pellettent en moyenne de 750 à 900 cm. En comparaison, les régions du Québec qui reçoivent le plus de neige annuellement sont Sept-Îles et Gaspé avec un peu moins de 400 cm.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité