Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

En fondant, l’Arctique active les tropiques

vendredi, 17 juillet 2020 à 09:06 - Plusieurs mécanismes, sur Terre, sont assez complexes et la circulation océanique ne fait pas exception. Quand on pense que les océans couvrent 71 % de la surface du globe, il est facile de comprendre qu’une modification de la circulation océanique aura des conséquences partout sur la planète et particulièrement dans l’Atlantique Nord, là où les courants marins prennent naissance.

L’Atlantique Nord, berceau de la circulation marine

Plusieurs connaissent le Gulf Stream, ce courant chaud qui prend naissance dans le golfe du Mexique pour ensuite se diriger vers l’Angleterre. On lui attribue les hivers peu rigoureux que vivent les Européens par rapport à ceux que subissent les Nord-Américains. Cependant, peu de gens savent que l’arrivée du Gulf Stream près des côtes occidentales de l’Europe constitue le point de départ des grands courants qui sillonnent la planète. Lorsque ce courant se retrouve entre la Scandinavie et le Groenland, il côtoie alors les eaux froides de l’Arctique et se refroidit, sans compter qu’une portion de cette eau gèle.

L’eau sous forme de glace n’a pas la capacité de contenir du sel. En passant au stade de glace, cette eau rejette le sel qu’elle contenait. On se retrouve donc en présence d’une eau froide (la portion qui n’a pas gelé) qui contient plus de sel que les eaux avoisinantes. Comme c’est le cas dans l’atmosphère où l’air chaud monte et l’air froid descend, c’est la même chose avec l’eau, la chaude reste à la surface et la froide coule vers le fond. De plus, cette eau contient beaucoup plus de sel et est donc plus dense. Son mouvement vers le fond en est d’autant favorisé. courants océaniques

Cette eau, maintenant froide et très salée va, alors, longer la dorsale atlantique jusqu’au sud des Amériques avant de glisser vers l’océan Pacifique, où elle se réchauffera et remontera plus près de la surface avant de continuer sa course vers son point de départ. C’est ce mécanisme, appelé thermohaline, qui prend naissance entre la Scandinavie et le Groenland qui est à l’origine des courants principaux dans les océans puisque cette circulation est due aux différences de températures et de salinité des eaux du globe.

La fonte de l’Arctique va brouiller les cartes

Peter Wadhams est directeur du département de physique de l’océan polaire à l’université de Cambridge. Il remarque, depuis quelques années, que la circulation s’est modifiée dans l’Arctique depuis les premières observations du ralentissement du courant-jet polaire dans les années 90. Il souligne également que ce ralentissement est maintenant devenu la norme depuis 2005 et qu’il est directement lié au réchauffement de l’Arctique. Ce réchauffement est responsable de la disparition de la vieille glace au profit d’une glace plus jeune et moins épaisse.

La disparition de la glace en Arctique fait en sorte que les rayons du soleil ne sont plus réfléchis vers l’espace, mais plutôt absorbés par l’océan. M. Wadham confirme avoir mesuré une température de l’eau, par endroits, à 11 °C en été. Les secteurs les moins profonds, comme le bord des côtes, vont donc perdre leur pergélisol et, ainsi, libérer de très grandes quantités de méthane, jusque là emprisonné depuis des milliers d’années. Le méthane est un gaz à effet de serre 28 fois plus puissant que le CO2. Le scientifique souligne que ce méthane peut faire instantanément grimper la température globale de 0,6 °C. “ Il vaut mieux une hausse de 1 °C en 50 ans que 0,6 °C instantanément ”.

Parce que les eaux de l’Arctique se réchauffent, le point de départ de la circulation thermohaline s’est également réchauffé. Le glaciologue rappelle qu’on a longtemps cru que si l’Arctique fondait, l’apport d’eau froide et non salée dans l’Atlantique Nord ralentirait le Gulf Stream laissant la porte ouverte à des hivers beaucoup plus rigoureux. Mais le réchauffement de la planète est tel que toutes les régions vont se réchauffer. Dans le cas des côtes occidentales européennes, qui bénéficient de l’influence du Gulf Stream, elles vont se réchauffer moins vite à cause de cet apport d’eau froide dans l’Atlantique Nord, mais elles vont se réchauffer quand même.

Laisser la chaleur aux tropiques

Puisque le Gulf Stream évacue naturellement la chaleur accumulée aux tropiques vers le pôle et que ce courant sera ralenti par la fonte de l’Arctique, M. Wadham souligne que la chaleur va donc s’accumuler plus vite dans l’Atlantique au niveau des tropiques, créant ainsi un bassin beaucoup plus fertile au développement d’ouragans majeurs. Un courant chaud qui amorce plus difficilement la circulation thermohaline et la plus grande facilité à accumuler de la chaleur dans la pouponnière des cyclones tropicaux atlantiques mettront à risque des centaines de millions de personnes.

L’homme de science ne croit pas que la lutte aux changements climatiques sera gagnée grâce, seulement, à la réduction de nos émissions. Pour lui, puisque le CO2 reste des milliers d’années dans l’atmosphère, il faudra trouver un moyen de le retirer et de le séquestrer. Il offre une piste de solution : “ Il serait utile de transformer ce CO2 en matériaux de construction ou en roches”.

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité