Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Top 5 des pires étés au Québec

lundi, 25 mai 2020 à 06:00 - On attend la chaleur depuis longtemps cette année au Québec et on se croise les doigts pour ne pas revivre certains de nos pires étés. Voici les cinq scénarios qu’on ne veut pas renouveler.

2017 : pas de soleil !

En 2017, la province a été en panne de soleil. Il s'est montré une centaine d'heures moins souvent que la moyenne. Pour le sud du Québec, cet été fut le pire depuis 2009.

Évidemment, les nuages s'en sont donné à cœur joie puisque cette année-là, la météo fut si pluvieuse que l'été est entré dans le top 5 des pires étés du point de vue des précipitations. En Outaouais, la population n'avait jamais connu un aussi grand nombre d'orages.

Et comme si cela n'était pas suffisant, la saison fut également très courte : l'été s'est arrêté le 23 août, bien avant son temps !

L’été du déluge à Saguenay

L’été de 1996 est le plus dramatique du Saguenay-Lac-Saint-Jean puisque la région a vécu le pire déluge de son histoire. C’est évidemment en raison des 279 mm d’eau tombés en seulement 48 heures. Mais c’est aussi l’un des pires qui a eu lieu dans l’est du Québec.

En 2008 : gros hiver, petit été

Lors de l’été 2008, les attentes des Québécois étaient très élevées puisque la province avait connu un hiver historiquement neigeux. Malheureusement, l’été a été surtout frais avec beaucoup de pluie. Le plus bel exemple de cette situation : les vacances de la construction qui ont été les pires des dix dernières années. Températures sous les normales, sans compter que Montréal a reçu de la pluie durant onze jours. C’est l’été à oublier dans la métropole.

Festival de tornades

En 1994, quinze tornades ont été enregistrées au Québec : trois fois plus que la moyenne ! Malheureusement, une personne a perdu la vie. Notre expert météorologue explique que le 9 juillet 1994, une tornade EF-2 a traversé la ville de Saint-Charles-sur-Richelieu.

Un été de misère à Québec

En 1992, les vacanciers n’avaient pas le cœur à la fête, alors que les températures n’ont jamais atteint la barre des 30 ˚C une seule fois ! La situation était encore plus pénible à Québec. Un été épouvantable dans la Vieille-Capitale : 48 jours de pluie durant l’été, 1,6 ˚C sous les normales durant trois mois et seulement 19 jours où la baignade était une option réaliste !

*À VOIR ÉGALEMENT : SI MAI EST MOCHE, L'ÉTÉ RESSEMBLE À QUOI? *:

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité