Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Elle est fauconnière mais adore les girafes

vendredi, 16 septembre 2022 à 10:25 - Elle a un penchant pour les girafes, gracieuses et délicates. Elle aime les regarder marcher. Comme si, au bout de leurs grandes pattes, on leur avait mis des pantoufles. Elles avancent sans faire de bruit. La preuve, il y en a une qui se glisse subtilement derrière nous et nous observe. La directrice générale du Parc Safari, Véronique Ranger, me dit que ce n’est pas arrangé avec le gars des vues. (Rire)

Les girafes ne sont pas son unique passion. C’est certain que, quand tu travailles dans une institution géologique, ce ne sont pas les coups de cœur qui manquent. Véronique m’avoue qu’elle a aussi un penchant pour les oiseaux de proie.

« Je suis fauconnière. Pas de métier, mais pour le plaisir. J'adore entraîner des oiseaux comme des buses, des faucons, des aigles. Je trouve ça fascinant et, en même temps, valorisant. Parce que ce n’est pas comme un chien, il faut développer un lien de confiance avec l'oiseau. Il faut créer une relation. Il est libre, il n’a pas de laisse. S’il décide de partir, il va partir. » - Véronique Ranger, directrice générale du Parc Safari

Comme Véronique, les visiteurs ont aussi leur animal chouchou. Ça va des éléphants aux girafes, en passant par les macaques. Les gens aiment les observer parce que c’est une espèce qui bouge beaucoup et qui vit en famille. Quand on prend le temps de vraiment les regarder, il y a comme un petit air de ressemblance. (Rire)

PARC SAFARI

Tony le rhinocéros fait aussi partie des animaux vedettes. Véronique me raconte qu’il est au Parc depuis seulement deux ans, mais il a toute une personnalité et ça le rend attachant. Tous les animaux ont besoin de leur minute de gloire, non?

Sinon, certaines personnes aiment bien s’attarder dans le tunnel des félins. Je les comprends. Je me suis accroché les pieds là pendant un bon moment. On est tellement proche, c’est saisissant. Une vitre de deux pouces nous sépare de ces gros animaux tout pelucheux. Mais, à bien y penser, je ne crois pas que mon câlin serait le bienvenu. Je vais me retenir.

PARC SAFARI

La source de motivation de Véronique Ranger est justement la proximité avec les animaux. Pour elle, c’est un privilège de les côtoyer au quotidien.

« Les animaux nous apportent énormément et ils nous apprennent aussi énormément. Sur nous, en tant qu’être humain et aussi en tant qu’espèce. On est plus sensible au sort de la planète. Pour les employés qui travaillent ici, comme pour moi, les animaux du Parc, c’est comme une belle grande famille. »

Et comme dans toute famille, il y a des aînés, des plus jeunes, des plus tannants, des plus discrets. D’ailleurs, qui est le doyen ou la doyenne du Parc?

« C’est une bonne question! On a quelques anciens. Par exemple, on a un éléphant africain âgé de 38 ans. Quand moi j'ai commencé à travailler, il était déjà ici. On a même un macaque japonais qui a plus de 40 ans si je ne me trompe pas. On avait aussi une girafe, Agathe, que tout le monde appelait Gadou. Elle est née au Parc Safari en 1993. Malheureusement, elle est décédée en février dernier à 29 ans et 5 mois. Ça, c’est très très vieux! Habituellement, l'espérance de vie d’une girafe est de 25 ans. »

Le Parc Safari a ouvert ses portes en 1972. On compte la présence d’une cinquantaine d'espèces pour un total d’environ 500 animaux. Sans compter les naissances, entre 50 et 100 par année. Et il y a toujours quelques décès qui surviennent malheureusement. Mais c’est le cycle de la vie.

Ce que j’aime du Parc, c’est que l’on peut déambuler à notre guise. On visite le monde en un seul et même endroit. J’ai eu la chance, avec mon caméraman, de sauter dans une jeep pour faire le Safari Aventure. Une des activités les plus populaires. C’était génial! Disons qu’à un certain moment on roulait un peu plus vite. C’est gros un dromadaire, de proche!

En 2022, le Parc souligne son 50e anniversaire. En 50 ans, la mission a toujours été la même. Elle repose sur la conservation des espèces animales et l'éducation. C’est une chose que de venir voir, nourrir et observer les animaux. Mais si en partant du Parc on a appris quelque chose, on est en plein dans le mille. C’est en éduquant les visiteurs qu’on pourra faire une différence sur le long terme.

Avec Véronique, on parle de ses débuts. Il y a déjà une vingtaine d'années. J’aime toujours connaître les anecdotes que mes invités racontent durant leur party de Noël. (Rire) C’est là qu’elle me dit qu’elle en a une très touchante à me raconter.

« Assister à la naissance d’une girafe, on ne voit pas ça tous les jours! Alors notre maman a décidé de donner naissance en plein milieu de l'été devant des centaines de visiteurs. Toute l’équipe de zoologie était sur place pour s’assurer que tout se passe bien. Je me rappelle quand le bébé est tombé, parce que les girafes, ça accouche debout, hein, et le bébé est tombé de deux mètres. Alors là, ça se met à crier parce que les gens étaient contents et les employés ont dû intervenir en disant « Non, non, non! Chut, chut, chut! Il ne faut pas faire de bruit, sinon la mère va paniquer ». Et la réaction du public a changé. On se serait cru sur un terrain de golf, quand les gens applaudissent poliment sans faire de bruit. C’était pas mal comique, et en même temps, c’était un moment magique. (Rire) Il y a des gens qui sont restés là du début à la fin. Ça a duré entre trois et quatre heures. Ils ne voulaient pas manquer ça. »

L’automne est à nos portes et c’est de loin ma saison préférée. J’aime quand la nature tombe dans les pots de peinture. Les couleurs sont belles. En plus, l’automne sent bon. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid et je trouve ça réconfortant de ressortir mes grandes écharpes et de m'enrouler dedans. Pour Véronique Ranger, c’est aussi la saison qu’elle adore.

« Parce que les animaux sont plus actifs. Ils sont comme nous. Par temps de canicule, ils recherchent les coins d’ombres. Mais l’automne, c’est plus frais et ils se montrent plus. Et le Parc est un peu moins achalandé aussi. Si les gens veulent vraiment observer les animaux, l'automne, moi je trouve que c'est le moment idéal.»

(Rire) Et les animaux eux? Quelle est leur saison préférée?

« Je dirais que les lions aiment l’hiver. Imaginez voir des gros chats jouer dans la neige. C’est assez spécial. Les premiers flocons vont beaucoup les exciter. Ils sont contents de sortir, de courir et de jouer dans la neige. Faut voir ça! »

C’est surprenant, mais la plupart des animaux s’adaptent très bien à notre météo. Pour ceux qui sont un peu plus sensibles, comme les rhinocéros, les éléphants ou les girafes, des quartiers d'hiver leur sont réservés. Mais quand le soleil se pointe le bout du nez et que la température est d’environ -5 degrés et ils sont les premiers à demander la porte! (Rire)

Et parce qu’on aime les anecdotes, Véronique en a une pas pire à nous raconter.

« Au tout début de l’aventure du Parc Safari, dans les années 70, un rhinocéros s’était échappé. Un bon matin, il a décidé d’aller se promener et de faire le tour du village d’Hemmingford. À un moment donné un voisin téléphone au Parc et dit : y’a un rhinocéros dans mon entrée de garage, pourriez-vous venir le chercher? (Rire) Cette histoire-là est bien ancrée dans la région. »

Est-ce que vous vous en souvenez?

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité