Votre météo quand ça compte vraiment MC

Territoire

Please choose your default site

Americas

Asia - Pacific

Europe

Un dérèglement climatique risque de troubler votre sommeil

mercredi, 24 juillet 2019 à 09:43 - Les nuits d'été, la chaleur nuit. Pour les qualifier d'inconfortables, les températures doivent avoisiner les 20 °C. Avec les années, elles seront de plus en plus fréquentes en raison d'un dérèglement climatique qui augmente la fréquence des nuits inconfortables... Analyse exclusive ici.


De telles températures seront atteintes principalement lors d'une vague de chaleur, alors que les maximums durant le jour se situent aux alentours de 30 °C. Dans le climat québécois, on a un battement de 10 °C entre les températures de jour et de nuit.

Par contre, il y a des différences selon les régions. Par exemple, les minimums normaux se situent à 16 °C lors des nuits les plus chaudes à Montréal. À Québec, il est plutôt question de 13 °C. Il faut donc une anomalie de 4 °C à Montréal et 7 °C à Québec pour qualifier une nuit de « tropicale ».

nuits à 20 degrés et plus

Montréal, championne des nuits chaudes

La fréquence de ces nuits tropicales varie énormément. Dans la métropole, environ 10 % des nuits peuvent être définies comme telles, alors qu'à Québec, seulement 1 %. Les nuits véritablement chaudes sont donc vraisemblablement beaucoup plus fréquentes dans les grandes villes et centres urbains.

Note importante : les données de Québec sont recueillies à l'aéroport qui se trouve hors de la ville. À Montréal, celles-ci proviennent de l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, qui est à proximité de la ville. Il est donc possible que celles-ci soient amplifiées par l'effet d'îlot de chaleur.

nuits à 20 degrés et plus MTL

Il est donc possible de remarquer une hausse de la fréquence de ces nuits vraiment chaudes : la tendance s'accélère depuis les années 2000. En comparaison avec la période précédente, de 1960 à 1999, ces nuits chaudes ont doublé.

Fait remarquable : au cours de la décennie 2010, il y a eu six années où l'on a dépassé la moyenne de 10 jours.

Nuits à 20 degrés par an

Le rôle du réchauffement climatique

Le réchauffement de notre climat a évidemment un lien clair avec cette hausse : on observe une augmentation plus importante des températures minimums que maximums. En juillet, à Montréal, les maximums ont augmenté de 0,1 °C entre les normales de 1961 à 1990 et de 1981 à 2010. Pendant ce temps, les minimums ont augmenté de 0,7 °C.

En conclusion : la fréquence des nuits tropicales augmente et continuera d'augmenter.

À VOIR ÉGALEMENT : Chaleur : juillet 2018 est-il imbattable ?

Default saved
Close

Chercher un endroit

Close

Connexion

S.V.P : Ouvrez une session pour utiliser cette fonctionnalité