MétéoMédia

La couche d'ozone pourrait bénéficier d'une importante anomalie

MétéoMédia
Équipe éditoriale

Une anomalie chaude dans les hautes couches de l'atmosphère se développe actuellement près du pôle sud. Cet événement hors du commun pourrait d'ailleurs avoir un impact sur la couche d'ozone.


Jusqu'à tout récemment, le vortex polaire présent au-dessus du pôle sud possédait une forme ronde presque parfaite, avec une basse pression au centre. Ses températures restaient stables, de même que sa circonférence. Au coeur même du vortex polaire, le mercure peut descendre aussi bas que -90 °C, à cette altitude.

Toutefois, cela est porté à changer. Une zone de haute pression est actuellement en train de prendre sa place au sud de l'océan Indien - toujours en haute altitude. Tout indique pour le moment qu'il sera assez fort pour déplacer un peu le vortex polaire vers l'ouest.

Sensiblement au même moment, une anomalie chaude prend de l'ampleur dans le sud de l'Atlantique. Cette dernière laisse des températures jusqu'à 20 °C au-dessus des normales dans son sillage.

Au fur et à mesure que l'hiver quitte dans l'hémisphère sud et que les températures augmentent dans l'atmosphère, une autre vague de chaleur devrait s'imposer en haute altitude, vis-à-vis du sud de l'océan Pacifique. Elle devrait d'ailleurs se déplacer graduellement vers le pôle sud.

Résultat : le vortex polaire devrait être carrément séparé en deux, dominé par la chaleur plus prononcée que d'habitude. Les régions polaires devraient donc hériter de températures plus élevées que la normale, alors que le vortex polaire devrait semer un peu de froid vers la pointe de l'Amérique du Sud et près de l'Australie.

Seulement une poignée d'événements similaires sont survenus au pôle sud au cours des dernières décennies.

Scénario similaire en 2019

Une anomalie chaude semblable a eu lieu en 2019 au-dessus du pôle sud. Cette dernière était particulièrement intense, si bien qu'elle a bouleversé l'ionosphère et la thermosphère un peu partout au-dessus des États-Unis et de l'Europe. Des températures de près de 20 °C plus chaudes que d'habitude ont été enregistrées au cours de cette anomalie.

Le vortex polaire s'est aussi séparé à ce moment, changeant les patrons atmosphériques pour plusieurs régions du globe.

Toutefois, cet événement a eu un impact marqué sur le trou dans la couche d'ozone. En effet, de manière générale, l'anomalie dans la stratosphère a modifié la charge en électrons dans l'ionosphère et le ratio oxygène/diazote dans la thermosphère. Résultat : le champ géomagnétique de la terre s'en est trouvé modifié, et des impacts dans les couches inférieures de l'atmosphère ont pu être observés.

Un effet inattendu de cet événement a été le fait que le diamètre du trou dans la couche d'ozone a été le plus modeste des dernières années.En diminuant la quantité d'air glacial disponible, cela a limité du même coup le processus de destruction de l'ozone.

Cela pourrait se reproduire cette année : si le trou dans la couche d'ozone devrait s'agrandir à cette période de l'année, c'est plutôt le contraire qui se produit en ce moment.

La surveillance sera de mise afin de déterminer les impacts exacts de l'anomalie dans la stratosphère sur la couche d'ozone.

*Source : Severe Weather Europe

NDLR : L'image principale du texte représente l'événement de 2019.


À VOIR ÉGALEMENT : La couche d'ozone pourrait se reconstruire complètement